Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2012

Appel Jambart versus GSK et neurologue (Cour d'Appel Rennes 10 octobre 2012)

Didier Jambart est le premier patient ayant subi les effets indésirables des agonistes dopaminergiques dans le cadre du traitement de la Maladie de Parkinson à aller en justice. Le Tribunal de Grande Instance a reconnu le caractère défectueux du médicament en cause à savoir le Requip(c) tout en déclarant irresponsable le neurologue. Pour rappel, voir ici.

Toutefois, le laboratoire GSK a fait appel de ce jugement, si bien que l'affaire va être rejugée devant la Cour d'Appel de Rennes. Actuellement, la date est fixée au mercredi 10 octobre 2012, place du Parlement à Rennes.

Commentaires

Chers amis Parkinsoniens,
Chers proches,
Chers aidants,
Chers ex-proches ou amis de parkinsoniens "suicidés" ou "interné",

Je vous recontacte car ces derniers temps ont été difficiles autant physiquement qu’administrativement car il m’a fallu préparer mon passage en cours d’appel de Rennes le 10 Octobre 2012 à 14 Heures.

Le TGI de Nantes a condamné le laboratoire GSK (GLAXOSMITHKLINE) pour médicament défectueux le 31 mars 2011.
Je suis la 1ère victime ayant gagné son procès contre un laboratoire et obtenu réparation de celui-ci

Le fabricant du REQUIP, le laboratoire GSK (GLAXOSMITHKLINE), a donc été reconnu responsable et condamné pour défectuosité du produit.

C'est une 1ère et donc peut devenir jurisprudence, qui peut se voir être confirmé par la cour d’appel de RENNES (35)

Tout ceci m’a demandé beaucoup de travail, heureusement certains d’entre vous et je les remercie m’ont apporté leurs conseils, certaines informations, etc. qui m’ont été fort utiles et pour lesquelles je m’excuse de n’avoir pu les remercier par retour.

Donc comme vous le voyez le grand jour arrive, puisque le passage au Tribunal de Rennes, en cours d’Appel le 10 Octobre va à 99% être une étape déterminante pour moi, pour ma famille mais aussi pour tous les Parkinsoniens victimes d’effets indésirables pour lesquels ils n’avaient pas été alertés.

Par ce courrier, j’appelle et je sollicite votre soutien autant moral que via internet pour informer le maximum de MP, car le jour est venu pour nous victimes, proches de victimes (vivantes ou suicidées) de porter haut et fort notre désir et volonté de transparence et de professionnalisme dans le suivi du traitement de notre terrible maladie.

Au cours de ces derniers mois, j’ai pu avoir le soutien du Directeur de l’ANSM, du Président de France Parkinson (Dr Cesaro) ce qui n’est pas qu’un simple revirement mais aussi une reconnaissance des souffrances que chacun d’entre nous a plus ou moins forte échelle a pu subir.

Je pense et je crois qu’il est important que tous les parkinsoniens sortent de l’anonymat, qui plonge cette pathologie dans une forme de maladie négligeable.

Je pense et je crois qu’il est important qu’un maximum de parkinsoniens, dans la mesure de leurs moyens (distance, finance, santé, etc.) soient présents afin que notre parole soit défendue et surtout entendue.

Je rappel que mon combat n’est pas du tout orienté vers une suppression de tel ou tel médicament, car chacun d’entre nous en a besoin, sachant que chacun réagit à sa façon au traitement qu’il a.

Mon combat principal est que l’on arrête de nous prendre pour de simples cobayes, de simples patients atteints Neurologiquement et donc dénués de toutes capacités d’analyse.

Mon combat est donc que l’on nous respecte, que l’on nous écoute et surtout que l’on ne nous cache rien des effets indésirables, secondaires que tel ou tel traitement peut engendrer chez nous car forcement il y a des effets secondaires ou indésirables.

Ce procès dans le contexte actuel :
• des nombreuses condamnations internationales de GSK (GLAXOSMITHKLINE) dont la très récente affaire de la rosiglitazone aux Etats Unis avec la lourde amende infligée par le ministère de la justice des États-Unis au laboratoire GSK pour des pratiques que l'on peut qualifier de frauduleuses, (http://www.pharmacorama.com/ezine/20120916204745.php?ref=i150&id=13838&utm_source=i150&utm_medium=newsletter
• des déclarations du Directeur de l’ANSM sur la non partialité de certains de leurs experts vis à vis du lobbying pharmaceutique,
• de la parution du livre du Dr EVEN et du Dr DEBRE sur les médicaments dangereux,
• sur les disfonctionnements de notre système de santé qui ont engendré les affaires telle le Médiator, le REQUIP,
• et bien d’autres encore , etc.,
revêt une importance capitale.

En effet de ce procès s’en suivra très probablement la politique de santé de notre société ainsi que le fonctionnement des autorisations de mise sur le marché des médicaments utiles aux traitements de nos pathologies et non à la santé financière des groupes pharmaceutiques.

Depuis bientôt 6 ans GSK (GLAXOSMITHKLINE) nous a fait subir d’impressionnantes pressions morales afin de nous faire cesser, abandonner toutes poursuites de notre action.

Par ce mail je vous invite, je vous encourage à diffuser autant qu’il se peut ce mail pour que le maximum de personnes (MP, aidants, proches, etc.) soit informé de cette audience car elle est d’une importance vitale pour peut-être nos soins de demain.

Rendez-vous le mercredi 10 octobre au Tribunal de Rennes (35), Cours d’Appel pour que tous les médias (audio-visuel, radiophonique, presse écrite) qui seront présents à cette occasion puissent rapporter l’attachement et l’engouement provoqués par ce procès spécifique aux Parkinsoniens.

Bien amicaement.

Didier JAMBART
06.30.95.42.83
jambartc@sfr.fr.

Écrit par : jambart | 26/09/2012

Bonjour Aurélie,

Je confirme que l’audience est maintenue au mercredi 10 Octobre 14h00 à Rennes (Cour d'Appel).

J'espère que de nombreux médias, parkinsoniens, associations e parkinsoniens, proches, aidants, etc seront présents.

Merci

Didier JAMBART

Écrit par : JAMBART | 06/10/2012

Journée des victimes d'effets indésirables des Agonistes Dopaminergiques (et REQUIP) ce 10 octobre 2012 au Parlement de Bretagne Cour d'Appel à RENNES (35) à 14h00



Bonjour à toutes et à tous

Merci pour votre soutien,

Merci pour votre présence,

Merci pour vos témoignages directs ou indirects car c'est le jour pour le dire aux médias présents, c'est là notre "class'action" à la parkinsonienne.

Ce 10 octobre 2012 au Parlement de Bretagne Cour d'Appel à RENNES (35) à 14h00

Je pense être dans la salle des pas perdus ou su le parvis dès 13h30/13h35 avec mes avocats.

Merci encore à tous

Didier JAMBART

Écrit par : JAMBART | 10/10/2012

Bonjour A toutes et Tous,

L’audience du 10/10/2012 en appel à Rennes a été difficile psychologiquement et physiquement.

Je remercie tous ceux qui étaient présents, et qu’accaparé par les médias je n’ai pu discuter avec, ni remercier de vive voix.

Je remercie les médias présents qui ont été très à l’écoute de mes avocats et de moi-même.

Pour en revenir à cette audience, elle a d’abord été très difficile car très longue (2h30 de plaidoiries), mais aussi car l’avocat de GSK est resté dans son argumentaire mensonger, argumentaire qui était monté en puissance, en agressivité par rapport à celui-de Nantes. On ne se défend jamais aussi ouvertement que lorsque l’on ait pris la main dans le sac.
GSK ne cesse d’insister pour que soit réaliséE une expertise complémentaire, ce qui signifie que :
• les experts de la CRCI qi m’ont examiné eN procédure contradictoire sont incompétents,
• l’expert psychiatrique judiciaire désigné par le parquet de Nantes est incompétent,
• les attestations et divers compte-rendus de grands médecins (les Prs Damiers, Derkinderen, Guiton, etc.) sont sans valeurs car rédigés par des incompétents,
• seuls les experts « véreux » de l’ANSM débauchés et rémunérés par GSK sont compétents !!

J’espère que la justice ne sera pas dupe.

Ce que je n’ai pas aussi apprécié, autant avant dans les conclusions qu’a cous de la plaidoirie, c’est ce droit que s’autorise GSK à débaucher des experts véreux de l’ANSM (AFSSAPS) sans que personne ne trouve rien à redire au niveau gouvernemental ou au niveau de la direction de l’ANSM (pourtant alertée depis 6 mois).

Je vous adresse une copie du mail adressé ce jour à la direction de l’ANSM en espérant que ces 2 soi-disant experts soient rayés des listes de l’ANSM (AFSSAPS) et de celle des CRCI car ils sont soudoyables à souhait.

C’est grave, car ces experts « véreux » de l’ANSM (ex AFSSAPS) sont ceux qui veillent sur votre santé, notre santé.
Vous savez ceux qui sont censés être neutres et autoriser la mise en vente d’un médicament car il est bon pour les malades.
A priori, il est surtout bon pour leur compte bancaire.

C’est grave , TRES GRAVE.

Maintenant, il nous faut attendre le 28/11/2012 pour la décision de la cour d’appel de RENNES.

Bonne journée et merci à Tous.

Didier JAMBART
06.30.95.42.83

Écrit par : JAMBART | 11/10/2012

Bonjour Mrs MARANINCHI et DELORME,

Directeur général de l’ANSM (ex-AFSSAPS)
Mr MARANINCHI Dominique
Tél : 01.55.87.30.14

Bernard Delorme
Chef de l’Unité Information des Patients et du Public
Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé
143/147, boulevard Anatole France 93285 Saint-Denis Cedex
Tél : 01 55 87 43 44

Ce courrier sera adressé au ministre de la santé, ainsi qu’au 1er ministre en LAR ainsi que par Mai à toutes les CRCI, aux associations de victimes, au associations de parkinsoniens (yc FP), les médias (tous genres ! Audio, presse-écrite, radios), à tous les parkinsoniens que je peux connaître, ceux qui m’ont soutenu, aux victimes etc.


Mr DELORME, suite à votre conversation d’hier soir (10/10/2012), je vous informais de l’attitude de certains des experts de l’ANSM (ex-AFSSAPS), et j’ai très bien ressenti votre grande déception à l’énoncé de ce ces faits.

En effet, 2 de vos experts se sont comportés de manière totalement corrompus dans mon procès contre le laboratoire GSK (GLAXOSMITHKLINE) pour médicament REQUIP défectueux, et en particulier le Dr Laqueille qui pour ajouter à sa corruption s’est présenté hir à la cour d’appel de Rennes (35).


Au moment où la confiance des français envers leur système de santé (AMM des médicament) est mise en danger, et l’ANSM ne peut laisser ses propres experts continuer à se comporter tels des mercenaires (financiers) au service des laboratoires.

Ce mercredi 10 octobre, le Dr Laqueille expert auprès de l’ANSM (ex-AFSSAPS), membre de commissions (AMM) autorisant la mise en conformité de médicaments s’est une nouvelle fois comporté qui est inadmissible pour continuer à figurer au sein de vos collaborateurs ou conseillers.

Le Dr Laqueille s’est présenté ce mercredi 10/10/2012 à la cour d’appel de Rennes, en qualité d’expert au service de GSK (GlaxoSimthKline) et s’est bien entendu vu refuser à toute prise de parole par le tribunal.
Je vous laisse le soin de savoir par qui les frais de cette journée de Mr Laqueille ont été pris en charge.
Mais comment pouvez-vous expliquer, admettre qu’un expert de l’ANSM, sans votre autorisation ou à minima vous en informer, se mette au service d’un laboratoire, alors que l’on attend es experts de l’ANSM un comportement impartial et neutre pur éviter de futurs scandales médicamenteux tels que la France a connu récemment (médiator, Requip, etc.).
D‘ailleurs, le Dr Laqueille s’était déjà vu rappeler à l’ordre cet été par le Directeur général de l’ANSM (ex-AFSSAPS), Mr MARANINCHI Dominique pour manquement aux règles de l’ANSM sur la mise à jour de sa fiche de situation de conflits d’intérêts vis à vis des laboratoires.
A priori, la leçon n’a pas porté et surtout il est flagrant qu’il s’en contre fiche..

Il y a aussi le cas du Dr Rouveix, lui aussi expert, membre de commissions (AMM) autorisant la mise en conformité de médicaments qui par le passé s’était déjà vu récusé par une CRCI au vu de ses relations plus qu’amicales avec les laboratoires, qui s’est vendu auprès de GSK (GlaxoSmithKline) pour leur rédiger un rapport en leur faveur, alors qu’il avait participé à certaines des commissions (AMM) concernant le médicament (REQUIP) de GSK.

Mrs MARANINCHI et DELORME, il est temps que l'ANSM prenne des décisions claires, précises et responsables, et que l’ANSM exclut définitivement ces (ses) experts corrompus et indignes (car soudoyables, car ils ne méritent pas de demeurer experts au service des Français.

Dans l’attente de votre réponse,

Bien cordialement.

Didier JAMBART.

Écrit par : JAMBART | 11/10/2012

Les commentaires sont fermés.