Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2013

De l'intérêt de différencier les causes des troubles comportementaux impulsifs de la maladie de Parkinson

Une récente étude américaine parue dans Neurology démontre que la maladie de Parkinson n'est pas en soi un facteur de risque de troubles comportementaux impulsifs.
Cette hypothèse de lier la maladie auxdits troubles a quelquefois été émise par certains scientifiques ou addictologues (par exemple ici), ce qui (soyons honnête) aurait bien arrangé certains neurologues passant devant une CRCI ou une juridiction civile dès lors qu'un patient ayant connu lesdits troubles demandait réparation de son préjudice.


Pour en savoir, cliquez ici.

Neurology, 8 janvier, vol.80, n°2, p176-180

Commentaires

Bonjour,
Effectivement, cette étude démontre comme d'autres actuelles l'absence de lien entre la maladie de Parkinson et les "troubles comportementaux" et SURTOUT confirment (là je parle des récentes publications) le lien direct entre les traitements utilisés dans la maladie de Parkinson et ces fameux "troubles comportementaux".
En effet, j'ai comme toi cette impression fort désagréable que nombre de neurologues et spécialistes dans la maladie de Parkinson émettent systématiquement des avis contraires et sont plus têtus que des ânes que certains sont peut-être.
Il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.
J'ai assisté à cette conférence du Dr Bronnec lors des journées de Parkinson à Nantes, et JAMAIS je n'ai rencontré une personne d'aussi mauvaise foi.
Il sera difficile de convaincre des gens comme eux (au pire ils peuvent rester avec leurs idées) MAIS je suis très inquiet pour les patients qu'ils suivent.
C'est incompréhensible.
Didier

Écrit par : JAMBART | 13/01/2013

Les commentaires sont fermés.